Informations et désinformations.

Pour revenir à la page d'introduction cliquez sur index.

 

10 mai 2005.

Depuis le 9 mai, Jacques Nikonoff, président d'ATTAC France est l'invité de la semainde dans " l'Humanité". Il est probable que toutes ses chroniques seront intéressantes mais il nous semble utile de vous offrir un lien avec la première dans laquelle il affirme avec de solides arguments " qu'en vérité, le scénario catastrophe est celui de la victoire du OUI ! "

Cliquez sur le lien :

http://www.humanite.presse.fr/journal/2005--05-09/2005-05-09-633997

 

27 avril 2005.

Dans un entretien accordé à l'Humanité, l'ex-président du SPD allemand dénonce l'orientation néolibérale du texte de la constitution " en européen convaincu ", afin de faire mûrir la possibilité d'une autre politique.

Cliquez sur le lien :

http://www.humanite.presse.fr/journal/2005-04-26/2005-04-26-487262  

18 mars 2005.

 

Voici un article proposé par une lectrice du site qui répond exactement à notre titre. Information précise sur la constitution et dénonciation des procédés de désinformation des partisans du oui. Cliquez sur le site ci-dessous.

 http://www.monde-diplomatique.fr/2005/02/CASSEN/11908

 

16 mars 2005.

Un bon outil d'information est le texte 33 raisons de voter oui. Sur un ton polémique, il vous invite à faire le tour de la constitution en épinglant certains des articles les plus choquants. Cliquez sur le lien souligné.

 

11 mars 2005.

Savez-vous que la Constitution européenne n’est pas révisable ?

Certes, en théorie, elle peut être révisée. Mais comme il faut l’unanimité des Etats, il suffit qu’un Etat membre sur les 25 exerce son droit de veto pour tout bloquer. Il est donc pratiquement exclu que le traité, s’il est ratifié, soit révisé fondamentalement, par exemple pour donner la priorité aux questions sociales ou environnementales. Il n’est d’ailleurs pas prévu dans le traité que les citoyens soient consultés lors de ce processus.

Rappelons que dans l’article 26 de la Déclaration des droits de l’homme de la République française de 1793, il était écrit :

« Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures ».

C’est une phrase magnifique qui nous met à des années lumière du traité constitutionnel européen.